machine à coudre tissu solidaire Les Halles du Faubourg

Rencontre avec Flora Vidal Marron, directrice de l’association Tissu Solidaire

Et si la couture pouvait tisser des liens ? C’est le pari du Tissu Solidaire, une des associations occupantes de La Manufacture des Halles du Faubourg. Rencontre avec Flora Vidal Marron, directrice de l’association.

 

 

Tissu solidaire banderole Les Halles du Faubourg

 

 

 

Peux-tu nous expliquer en quoi consiste l’activité du Tissu Solidaire ?

 

 

Tissu Solidaire, c’est une association loi 1901 créée en 2016. Elle permet d’accélérer l’intégration sociale et professionnelle des personnes exilées à travers la valorisation des savoir-faire manuels, en particulier en utilisant la couture comme outil de médiation sociale. Notre rêve, c’est une société inclusive et accueillante dans laquelle locaux et nouveaux arrivants tissent ensemble l’histoire de leur territoire..

Nous mettons en relation des nouveaux arrivants avec des citoyen·nes français·es autour d’un projet de couture afin de favoriser à la fois l’inclusion sociale des personnes, l’apprentissage du français et leur insertion professionnelle.

Nous sommes installés depuis mars dans les Halles. L’association existe depuis 4 ans et c’était à l’origine un projet universitaire. Nous n’avions pas de locaux, on a développé l’asso de manière nomade pendant 3 ans, on est passés par le secours catholique, puis la MJC, Le Flâneur guesthouse, Le Textile Lab… jusqu’en mars où nous sommes arrivés ici pour avoir des locaux fixes, en adéquation avec notre vision. De plus en plus d’adhérents se sont joints à l’asso, il était nécessaire pour l’organisation et le bon encadrement des personnes d’avoir un lieu attitré.

 

Le Tissu en quelques chiffres : 

  • 600 artisans dans la communauté
  • 400 ateliers pour tous
  • 300 produits confectionnés
  • 1000 personnes sensibilisées
  • 50 bénévoles actifs

 

 

 

Pourquoi avoir choisi la couture comme activité centrale ?

 

 

Tissu solidaire réunion Les Halles du Faubourg

 

La couture est un support pédagogique comme un autre, mais c’était une demande générale. On a ouvert Le Tissu car les gens voulaient coudre, c’est un savoir faire qu’ils ont, et c’est un bon outil pour accélérer l’intégration sociale et professionnelle. Il y a une marge de progression et d’évolution intéressante pour les nouveaux arrivants ! On leur donne également l’opportunité de monter en responsabilité dans l’asso, de s’investir et de valoriser leurs compétences. Dans ce cas, ils sont conviés à des séminaires, et on peut les accompagner à trouver un emploi.

 

Depuis 2016, nous avons deux programmes :

 

  • L’aiguille : Un parcours d’engagement bénévole pour locaux et nouveaux arrivants (réfugiés, demandeurs d’asiles) avec une montée en responsabilité progressive grâce à une communauté d’artisans.

 

  • Le fil : Avec l’artisanat comme tremplin pour accompagner les personnes réfugiées dans leur parcours d’insertion professionnelle. C’est un programme qui met en avant la richesse de la diversité culturelle à travers des cours de français, de couture, la création d’une collection avec des designers et un accompagnement individualisé à l’emploi.

 

 

Qui peut participer aux ateliers ?

 

 

Les ateliers se déroulent tous les lundis et mercredi et tout le monde est invité à participer, tout âge confondu ! Nous avons des très jeunes mais aussi des seniors. Chaque participant est invité à adhérer à notre association afin que nous puissions lui proposer des cours et des ateliers de couture, des sorties culturelles, des cours de français et des évènements de sensibilisation.

Cette adhésion coûte 20€ pour l’année, grâce à elle :

  • Vous aidez à développer le réseau national du Tissu Solidaire
  • Vous soutenez l’association territoriale
  • Vous participez à l’amélioration des ateliers

 

 

 

 

 

 

Des projets futurs pour l’association ?

 

 

En collaboration avec l’école de design de la Martinière, les artisans du Tissu Solidaire ont cousu notre première collection de sac à dos ! Il y en aura une nouvelle tous les ans.

Le Tissu Solidaire a récemment remporté le 1er prix du concours d’entrepreneuriat social organisé par la Société Saint-Vincent-de-Paul, Innovate pour la Solidarité. Nous comptons bien continuer  à participer à des concours, c’est un moyen idéal pour être visibles et obtenir des financements.

Le Tissu organisera aussi un évènement à l’Hotel71 le 28 novembre, avec les porteurs de projet, des conférences, des ateliers pédagogiques, et un cocktail. Nous espérons vous voir nombreux !

Deux personnes viennent de rejoindre l’équipe opérationnelle du Tissu Solidaire : Taina va développer la communauté et Florence va accélérer l’insertion professionnelle des nouveaux arrivants !

 

 

 

Peux-tu mesurer l’évolution des personnes qui rejoignent le Tissu Solidaire, as tu le sentiment de leur être utile ?

 

 

Je me sens utile à mon échelle c’est sûr, mais parfois aussi démunie face au manque de financement… Nous continuons d’en chercher pour faire vivre le projet, pour cela, il faut être passionné et je le suis ! C’est vrai que c’est très gratifiant de voir l’évolution des personnes, suivre leur parcours et il arrive régulièrement qu’elles nous témoignent leur reconnaissance. Ça montre qu’on a un vrai impact ! Pour ceux qui viennent deux fois par semaine, c’est très rapide, ils sont en contact avec des francophones toute la journée donc la langue ne devient plus une barrière très rapidement. Nous avons tout à gagner à intégrer les personnes.

 

 

 

Quelle expérience, ou anecdote peux-tu nous raconter à propos de ton quotidien dans Les Halles ? 

 

 

Dans la nouvelle exposition des Halles, il y a une grande oeuvre accrochée à l’entrée représentant des hommes nus. Voir des Soudanais bouches bées face à cette image était une expérience assez drôle. Il m’ont demandé « pourquoi cet homme était tout nu » et m’ont dit que « ça, au Soudan tu te fais tuer « . La diversité des cultures amène de toute façon toujours de très beaux échanges et des moments émouvants.

 

 

 

Visiter le site web du Tissu Solidaire

Visiter la page Facebook

Visiter la page Instagram

Faire un don

 

 

 

 

Article rédigé par Louise Grossen

#Suivez-nous sur Instagram